Accueil > Événements > Débats & Conférences > Tous les genres sont dans la nature... mais pas égaux devant la (...)

Tous les genres sont dans la nature... mais pas égaux devant la loi

Publié le 6 avril 2010 - modifié le 16 janvier 2014

Le 19 mars 2010, Transgender Luxembourg, groupe transgenre de Rosa Lëtzebuerg, organise un colloque intitulé « Tous les genres sont dans la nature... mais pas égaux devant la loi », en coopération avec le Centre d’Information et de Documentation des Femmes (Cid-femmes).


POSITION DE GENRES PLURIELS :

Nous vous invitons à modifier systématiquement « LE sexe » par « LES sexes » ainsi que « LE genre » par « LES genres » quant il s’agit de la vision générale CAR

... LE PLURIEL EST POLITIQUE ... afin de démontrer la diversité ainsi que l’ouverture à de multiples possibilités.

Transgender LuxembourgLe thème de l’égalité des droits entre les sexes occupe une place de plus en plus prépondérante au Luxembourg, aussi bien dans le monde du travail qu’à l’école. En est totalement exclue, cependant, l’existence de personnes ne relevant pas de la binarité « femme/homme », telles que les personnes intersexuées ou transsexuelles. Comme toutes les autres personnes trans-identitaires, elles sont présentées comme malades. Les raisons sous-jacentes à cet état de fait sont la rigidité des représentations du sexe/genre et du rôle de genre, la supposition que le sexe/genre est « naturel » et qu’il existe une concordance fiable entre le sexe biologique et l’identité de genre. Cette prétendue certitude est mise en cause par celles et ceux qui ne correspondent pas aux images hétéro-normatives de la masculinité ou de la féminité. Cid-Femmes

Les études sur le genre ont critiqué ces conceptions simplistes au cours des dernières décennies et ont montré les limitations qui en résultent pour les individus comme pour la société. Elles ont aussi mis en évidence que les frontières présumées entre les sexes/genres avaient toujours été perméables. Pour une meilleure compréhension du phénomène de la trans-identité, un changement de perspective est nécessaire. C’est pourquoi le colloque abordera la construction du sexe/genre sous un angle interdisciplinaires.

Le colloque vise à mettre en question des normes rigides en matière de sexe/genre, d’identité de genre et de rôle social, ainsi qu’à encourager la discussion critique des catégories conceptuelles que sont la « normalité » et la « maladie ». La variété des définitions, le changement de perspective et l’hétérogénéité des conceptions individuelles de l’identité dans une société constitueront des axes de discussion. En outre, le public sera sensibilisé aux formes directes et indirectes de discrimination qui affectent, au Luxembourg, les personnes ne correspondant pas à la norme hétérosexuelle traditionnelle.

Le colloque s’adresse à la fois à un public multidisciplinaire de professionnels concernés par les mécanismes de la discrimination en raison du sexe, de l’identité de genre et/ou de l’orientation sexuelle, et à des personnes ayant acquis de l’expérience en matière de trans-identité en raison du contact, à titre professionnel ou personnel, avec des personnes trans-identitaires (secteur de l’éducation, de la santé, de la justice, université, ONG, personnes trans-identitaires ainsi que leurs familles et amis, etc). Le colloque est par ailleurs ouvert à toute personne intéressée.

Soirée d’ouverture

Le 18 mars à 20h30, en guise d´ouverture du colloque, le documentaire « Red without blue » (vo anglaise) est projeté à la Cinémathèque et suivi d´un débat.

Red without blue retrace l’évolution de la famille de Mark et d’Alex, deux vrais jumeaux, lorsqu’Alex décide d’entamer une transition d’homme vers femme. Les deux jumeaux s’étant toujours définis l’un par rapport à l’autre, leur lien peut-il rester intact ? Le film constitue une approche novatrice du genre, de l’identité et des liens indéfectibles entre jumeaux. Il est d’une franchise poignante, magnifique.


Programme du colloque transgenre