Accueil > Information > Espace Médias > Plainte concernant le reportage « Je veux être une fille » du JT de 19h30 du 9 (...)

Plainte concernant le reportage « Je veux être une fille » du JT de 19h30 du 9 juillet à la RTBF

Publié le 12 juillet 2012 - modifié le 23 août 2014

C’est en tant qu’association représentante des personnes transgenres, aux genres fluides et intersexes que nous vous adressons cette plainte. En effet, le reportage sus-mentionné nous a profondément choqués car il renforce les stéréotypes de genres et les discriminations faites à l’égard des personnes trans*.

Comment justifiez-vous le déni systématique des prises de position dépsychiatrisantes des transidentités ? Lors de ce reportage, les seuls expertises diffusées proviennent du monde psychiatrique. Pourtant, la dépsychiatrisation des personnes trans* fait débat tant au niveau européen qu’international. Citons notamment les recommandations du Parlement Européen, les principes de Jogjakarta, l’initiative STP 2012, Transgender equality network Ireland.

Pourquoi la RTBF se focalise-t-elle sur les opérations génitales ? Dans son rapport de 2009, Thomas Hammarberg, alors Commissaire Européen aux Droits Humains, cite le chiffre de 10% de personnes transgenres désirant effectuer ce type de chirurgies. Les journalistes, en laissant penser que les opérations génitales sont la conséquence systématique et obligatoire des « parcours trans* », véhiculent donc une information fausse. Cela renforce l’amalgame fait entre les notions de sexes et de genres. Comment aborder les transidentités sans connaître les différences entre ces deux concepts ? Une recherche préalable, notamment dans les études de genres, aurait pu éclairer les journalistes. A titre d’exemple voici la dernière publication de l’Observatoire des Transidentités, thèse du docteur en sociologie Arnaud Alessandrin : « Du « transsexualisme » aux devenirs Trans ».

Comment expliquez-vous l’utilisation récurrente de pronoms masculins pour une personne qui souhaite manifestement qu’on s’adresse à elle au féminin ? Pourquoi rappeler en permanence le prénom assigné à la naissance alors que la personne se nomme autrement ? Cette pratique nie l’identité de la personne et présente son choix comme une imposture. Nous constatons au quotidien que cela légitimise toutes les discriminations attaquant les personnes trans*.

Quelle vision des femmes ont les journalistes ? Les féminités se limitent-elle à la lecture de livres roses, aux draps de princesses, au port de talons (dès l’âge de 11 ans),... comme le sous-entend la mise en scène par les choix des plans ? Était-il nécessaire d’accumuler les a priori sexistes pour confirmer l’identité de genre de la personne ? Sa seule déclaration ne suffit donc pas ?
Un plan en particulier nous choque. Les procédés sexistes de sexualisation des corps des femmes sont connus et déplorables. Les voir appliqués aux personnes trans* adultes est déjà suffisamment dégradant, mais utiliser ce procédé pour une enfant est une faute professionnelle absolument inacceptable.

Nous relevons également : la musique et le ton « pathos » du reportage, la présomption d’immuabilité des parcours, l’obligation à la certitude pour les personnes trans*, la nécessité de confirmation répétée de l’identité de genre, la légitimation par l’autorité médicale, le outing obligatoire, la culpabilisation des parents qui rappelle celle qu’ont subi les parents d’enfants autistes, ...

Par son contrat de gestion, la RTBF doit développer « une information objective, honnête, indépendante, rigoureuse, pluraliste, complète, analytique, interpellante et suscitant la réflexion et le débat sur les enjeux démocratiques de la société ».

Le respect des identités trans* est l’enjeu de droits humains fondamentaux.

Nous demandons instamment à la RTBF de ne plus nier l’existence des associations transgenres.
Nous incitons les journalistes à prendre contact avec Genres Pluriels afin de profiter des mêmes formations que celles que nous avons déjà dispensées à l’IEFH, à la Police Fédérale, à la Police Locale PolBruNo... et ce afin de produire un reportage de qualité, respectueux des diversités trans* et basé sur des informations justes.

Le Groupe Média de Genres Pluriels ASBL


Messages

  • {{}} SVP genres pluriels arrêtté un peux de toujours critiqué ....moi je suis une trans operée en 2006 et j’ai été suivie ici a Liège 3 ans pars 1 phsychiatre , 1 phsychologue , 1 endocrinologue , et j’en suis contente et je trouve ça tout a fais normal ..... et oui car on parle toujours des trans mais en bien , et c’est très rare d’entendre parler des trans qui ce suicide car elle le vis mal ou par regret , donc oui il faud voir un phsychiatre ...... Moi je suis heureuse d’être moi Marianne et quand j’ai vus le reportage de la RTBF je me suis dis (pourquoi pas quand moi j’étais petite en 1960 ) maintenant pour le prenom c’est normal , vont parents ne save pas savoir que vous ête un ou une trans .... pour changer votre prenom sa coute 50 euro si vous êtent reconu ou reconue donc SVP n’exagéré pas ..... SVP genres pluriels arrêtté toutes vont connerie de critique .
    on est plus reconu ou reconue folle c’est fini mais la visite d’un phsychiatre est tout a fais normal et ce n’est pas par-ce-que tu vas voir un phsychiatre que tu est fou ou folle ..... quand on regarde en arierre on vois que sa a bien bougé pour nous les trans , alors SVP arrêtté de toujours critiqué ... allez voir en France comment sa vas ..... les Francais opèré reste longtemp avec leur prenom masculain ou féminin , et leur carte d’identité quand change t’elle ou le F ou le M change ???? ici en Belgique on est bien ..... en 2007 j’ai du prendre un avocat pour allez au tribunal pour changer de M a F , maintenant plus c’est automatique ares avoir été opèrée donc SVP arrêtté les critiques . MERCI

    • Bonjour Marianne,

      Genres Pluriels n’est pas contre la consultation d’un psychiatre par une personne trans* à partir du moment où celle-ci en fait la demande. En l’état actuel des manuels de psychiatrie, les transidentités sont toujours recensées comme maladies mentales. Par conséquent, c’est aux psychiatres de valider ou non l’identité d’une personne, ce qui est inadmissible.

      Sur quels critères est-on « reconnuEs » ou non pour avoir droit à un changement de prénom ? Il est inacceptable pour Genres Pluriels que les personnes trans* ne soient pas les seules décisionnaires de ce changement.

      Les lois françaises ne sont pas celles que vous décrivez.

      Quant au reportage, il n’est pas tolérable qu’on ne respecte pas l’identité d’une personne en s’adressant à elle au masculin quand celle-ci se déclare « fille », et il est indispensable que les journalistes suivent scrupuleusement les décisions des personnes en terme de prénom.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)