Accueil > À propos de nous > GPs dans les Médias > Lettre à la communauté Trans* suite à l’article du Journal du Médecin

Lettre à la communauté Trans* suite à l’article du Journal du Médecin

Publié le 25 juillet 2015

Bonjour à toustes,

Par cette lettre, Genres Pluriels entend exprimer sa profonde désolation devant les événements liés à l’interview effectuée pour le Journal du Médecin.

Il y a quatre ans et demi, nous avons mis sur pied notre « Groupe Médias ». Depuis, à travers des réunions de travail, ouvertes à toustes, nous avons pour objectifs de répondre aux reportages ou articles transphobes et sexistes dont nous déplorions la réalisation. Ces échanges sont aussi l’opportunité de développer notre analyse critique des médias. Ainsi, nous avons pu apparaître des dizaines de fois dans la presse ou à la télévision ces dernières années de manière respectueuse et bienveillante.

Cette expérience désastreuse nous rappelle que la plus grande des vigilances doit toujours être de mise. Nos rapports avec le Journal du Médecin ont antérieurement été très satisfaisants. Nous croyions donc pouvoir compter sur l’honnêteté déontologique de la personne qui nous interviewait. Il n’a jamais été question que cet article paraisse sur le Vif.be.
L’interview devait être enregistrée, mais le magnétophone est tombé en panne pendant une longue partie de celle-ci. Près de deux heures d’échanges ont été résumés en un article constitué de tous les stéréotypes que nous décrions. L’accord passé, qui était de bénéficier d’une relecture, n’a pas été respecté. Jamais Genres Pluriels n’aurait laissé passer de tels propos.

Nous comprenons intensément que vous ayez été blessé.e.s à la lecture de cet article. Nous avons nous-mêmes été écœurés de voir nos mots ainsi transformés, incarnant alors tous les discours que nous exécrons.
Nous regrettons amèrement notre manque de méfiance, et sommes bouleversé.e.s par la souffrance engendrée.

Les différents débats et discussions nous ont amené.e.s à prendre quelques nouvelles mesures.
Désormais, tous les entretiens journalistiques seront enregistrés par nos soins. Nous aurons ainsi systématiquement la preuve de ce que nous avançons, ce qui nous protégera d’articles malveillants.
Nous établirons un contrat écrit avec le.la reporter. La condition de relecture y sera écrite noir sur blanc. Sans la signature de ce contrat, nous ne nous exprimerons plus publiquement.

Par rapport à cet article-ci, nous avons déjà envoyé une plainte au Journal du Médecin, relayée auprès de l’IEFH. L’article a été retiré du site. Nous attendons encore des retours. Notre prochain axe sera d’exiger un droit de réponse.
Nous mettons tout en œuvre pour réparer le mal causé.

Notre association a aussi été attaquée en profondeur à cause de cet article, et de manière publique. Le travail quotidien de Genres Pluriels a été balayé du revers de la main en quelques jours. Nous tenons à rappeler les positions essentielles de Genres Pluriels.

NON, Genres Pluriels n’est pas contre les opérations. C’est de la diffamation de le prétendre. Nous soutenons toutes les modifications corporelles et sociales qui permettent aux personnes d’atteindre leur point de confort. Nous avons déjà écrit des attestations pour des opérations génitales, et nous avons de bons contacts en Thaïlande... Il s’agit donc bel et bien de mensonges.

Par ailleurs, l’association tient à rappeler sa grande volonté d’inclusion dans tous ses groupes. Nous ne le répéterons jamais assez : tous le monde est bienvenu.e. Genres Pluriels est constituée d’une soixantaine de membres, et soutenue par une grande communauté d’allié.e.s trans* et non-trans*. Pourtant, nos groupes de travail restent minoritairement fréquentés. Genres Pluriels c’est nous, c’est vous. Ce n’est pas deux personnes qui décident de tout, c’est une communauté qui peut s’impliquer. Si vous trouvez que vos réalités ne sont pas assez représentées, il ne tient qu’à vous de venir les défendre.

Encore une fois, nous tenons à rappeler que nous avons été très affecté.e.s par cet article et sommes entré.e.s en profonde empathie avec vos émotions.

Au plaisir de vous revoir prochainement dans un contexte moins houleux,

Genres Pluriels.