Accueil > Activité > Festival « Tous les genres sont dans la culture » > 16/11/19 - Colloque « Mon corps [intersexe] m’appartient »

16/11/19 - Colloque « Mon corps [intersexe] m’appartient »

Publié le 3 octobre - modifié le 11 octobre

Quand ? le samedi 16 novembre 2019 de 13h00 à 18h00

Où ? Bruxelles Laïque, Avenue de Stalingrad 18-20 – 1000 Bruxelles

Plan d’accès

Programme provisoire :

12h00-13h00 : accueil/restauration sandwiches offerts
13h00-18h00 : cycle de conférences :
• Londé Ngosso (Genres Pluriels)
• Géraldine Daneau (MRKH)
• Françoise Lucas Griffon (France)
• Florence Parent (ULB)
• Thierry Bosman/Sylviane Lacroix (Intersex Belgium)
• Emmanuelle Verhagen/Wouter Vyvey (Intersekse Vlaanderen)
• IEFH sous réserve
• Bruxelles Laïque sous réserve

Les personnes possédant une variation au niveau du sexe phénotypique, chromosomique ou gonadique sont dites ‘intersexes’. Ces variations peuvent être observables dès la naissance (structures chromosomique et hormonale, organes génitaux internes et externes), ou devenir apparentes plus tard au cours de la vie (pilosité, masse musculaire, poitrine, stature, etc.).

Ces variations sont diverses et variées, et dans l’immense majorité des cas, elles ne mettent pas en cause la bonne santé des personnes intersexes. Elles constituent des variations naturelles du développement sexuel. L’ONU estime que les personnes intersexes représentent entre 1,7 % et 2 % de la population (environ 192.000 personnes en Belgique).

Pour autant, des recherches récentes montrent que les parents de bébés intersexes sont souvent mal informés et déconcertés. Des médecins proposent d’emblée des opérations chirurgicales « correctives » et des traitements destinés à « normaliser » le sexe de l’enfant. Ces interventions, davantage motivées par des considérations esthétiques que par une nécessité médicale, sont souvent pratiquées sur des bébés ou sur de jeunes enfants. Cela peut conduire à procéder à une détermination du sexe et à une stérilisation à caractère irréversible sans le consentement pleinement éclairé des parents et, ce qui est plus grave encore, sans le consentement des personnes intersexes elles-mêmes. Ces pratiques normalisatrices sont illicites, pénalement punissables et contraires aux droits fondamentaux ainsi qu’à l’éthique médicale.

Ce colloque répondant aux besoins de mettre en lumière le travail des associations de défense et de soutien des personnes possédant une variation des caractéristiques sexuelles, a pour objet de :
1. Fournir un lieu et un temps de questions-réponses, en vue d’informer toute personne sur les réalités et particularités des discriminations auxquelles les personnes intersexes sont confrontées.
2. Faire se rencontrer des acteurs diversifiés autour de la thématique et des publics, avec l’idée de partager l’expérience des terrains professionnels et la volonté d’améliorer, par-là, l’accueil et l’accompagnement des personnes.
3. Recueillir remarques, observations, critiques, pistes d’analyse et d’actions, propres à améliorer la formation des (futur·e·s) professionnel·le·s, dans une logique de création, de relais et de stimulation des « bonnes pratiques ».
4. Créer et stimuler liens et relations entre participant.e.s, en vue de constituer des réseaux d’appui et de soutien aux personnes comme aux professionnel·le·s qui les accompagnent en secteurs psycho-médico-sociaux, dans les services publics, dans les services aux personnes...

En pratique, plusieurs organisations présenteront les résultats d’étude sur les discriminations en raison des variations des caractéristiques sexuelles ainsi que leur expertise en matière d’accueil et de soutien de la diversité des sexes.

Des personnes intersexes témoigneront également de leur expérience tantôt positive tantôt négative. Chaque intervention pourra être suivie d’un moment de questions-réponses.


Renseignements et inscription (recommandée)

• par mail : festival@genrespluriels.be

Entrée gratuite