Accueil > Législation > Résolutions internationales > 2ème Réprimande des Nations Unies à l’égard de la Belgique concernant les (...)

2ème Réprimande des Nations Unies à l’égard de la Belgique concernant les mutilations génitales intersexes (IGM)

Publié le 18 février 2020 - modifié le 18 février

Le 6 décembre 2019 : Le Comité des droits de l’Homme de l’ONU (CRC) a réprimandé une 2ème fois la Belgique concernant les mutilations génitales intersexes (MGI ou IGM en anglais).
Les défenseurs de droits des personnes intersexes se félicitent que le Comité ait désormais condamné sans équivoque les pratiques de MGI en Belgique.

21. Le Comité note avec préoccupation que des enfants présentant des variations intersexes à la naissance subissent parfois des actes médicaux invasifs et irréversibles visant à leur attribuer un sexe, que ces actes se fondent souvent sur une vision stéréotypée des rôles dévolus à chaque sexe et qu’ils sont pratiqués avant que les intéressés soient en âge de donner leur consentement librement et en toute connaissance de cause (art.3, 7, 9, 17, 24 et 26).
22. L’État partie devrait prendre les mesures nécessaires pour mettre fin aux actes médicaux irréversibles, en particulier les opérations chirurgicales, pratiqués sur des enfants intersexués qui ne sont pas encore en mesure de donner leur consentement librement et en toute connaissance de cause, sauf lorsque de telles interventions sont absolument nécessaires du point de vue médical.

Voir en ligne : Observations finales (2019) CCPR/C/BEL/CO/6